Nous sommes le Dim 20 Jan 2019 - 2:59 Coucou Invité Tu es avec nous depuis Ta dernière visite date de
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 14 le Lun 28 Nov 2011 - 6:06
Derniers sujets
» F1 - C'EST ARRIVE UN 03 JUIN
Dim 3 Juin 2012 - 8:15 par GRIZZLY222

» F1 - C'EST ARRIVE UN 02 JUIN
Sam 2 Juin 2012 - 7:44 par GRIZZLY222

» F1 - C'EST ARRIVE UN 01 JUIN
Ven 1 Juin 2012 - 15:37 par GRIZZLY222

» F1 - C'EST ARRIVE UN 31 MAI
Jeu 31 Mai 2012 - 15:31 par GRIZZLY222

» F1 - C'EST ARRIVE UN 30 MAI
Mer 30 Mai 2012 - 15:40 par GRIZZLY222

» F1 - C'EST ARRIVE UN 29 MAI
Mar 29 Mai 2012 - 15:40 par GRIZZLY222

» F1 - C'EST ARRIVE UN 27 MAI
Dim 27 Mai 2012 - 5:40 par GRIZZLY222

» F1 - C'EST ARRIVE UN 26 MAI
Sam 26 Mai 2012 - 4:47 par GRIZZLY222

Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de Les pêles mêles des Sisters sur votre site de social bookmarking

Partagez | 
 

 F1 - FERRARI: PITOYABLE

Aller en bas 
AuteurMessage
GRIZZLY222
Notre Pro du Sport
Notre Pro du Sport
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5110
Age : 58
Localisation : Liége
Emploi/loisirs : Contremaître de production
Humeur : Ca dépent
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: F1 - FERRARI: PITOYABLE   Lun 26 Juil 2010 - 17:44

Enzo Ferrari a dû se retourner dans sa tombe dimanche. Une fois de plus. A voir à quoi s'est encore abaissée son équipe à Hockenheim, sous quelle coupe elle est tombée. Et surtout pourquoi. L'avantage de la gestion de Todt était le parti pris dans les petits arrangements. Subtilement dissimulés sous couverts de problèmes de freins pour Irvine en Autriche en 1998, ou revendiqués sur l'autel du collectif quatre ans plus tard sur le même lieu du crime, puisque Barrichello avait choisi de jeter sa subordination écrite à la face du monde. Le Français s'était adapté.

Depuis, radio-Alonso a remplacé radio-Todt et les ordres ne sont plus le fait même du directeur de la Scuderia. Ils arrivent d'au-dessus ou d'en dessous. Et Domenicali improvise. Montezemolo avait mis un coup de pression en réclamant une victoire d'ici les vacances. Le doigt sur la couture, en pensant à la façon dont son budget est agencé depuis cette année. Gagner donc, et plutôt au Santander GP de Grande Bretagne ou au Santander GP d'Allemagne qu'au ENI GP de Hongrie... La banque espagnole, qui a accéléré le transfert d'Alonso, doit aussi être confortée sur son plan business, son retour sur investissement. Sur la pertinence de devenir sponsort-titre de Ferrari au retrait probable de Marboro, fin 2011.

Fort de ce soutien, Alonso a montré dimanche son emprise totale sur l'équipe. Sans même se soucier des dégâts à son image. Sans fierté ni amour propre, il a montré à la terre entière ne pas tolérer que son équipier le précède. Avec force geste et énième complainte radiodiffusée. Sans volonté de manipulation bien entendu, puisque ça le révulse. J'avais écrit ici que Briatore était le seul à l'avoir cadré en Formule 1. Je me suis trompé. Je me suis souvenu depuis qu'en 2001 les managers de Minardi avaient été insensibles à ses colères d'enfant gâté. A Monte-Carlo notamment, ils l'avaient laissé crier, trépigner puis bouder dans son coin. Il venait de fracasser sa monoplace et réclamait le mulet dévolu pour ce week-end à Marqués, pilote-baltringue mais généreux donateur.

C'est dommage, l'Ibère ne comprend pas qu'il joue sa place dans l'histoire de la Formule 1, que sa bio sera un jour catégorisée. La hargne plus que la classe, la force plus que la persuasion. Une volonté inoxydable aussi. Il n'est pas habité par un idéal supérieur et ça ne sied pas au Panthéon, mais est-il intéressé ? Et puis, il joue mal la comédie, il se rabat trop vite devant "l'autre voiture", trop sûr de son fait, feint de ne savoir la raison de la défaillance. Du folklore. Mais c'est vrai, il avait clamé à Monza, en 2006, que la F1 n'était plus un sport. Il dénonçait la toute-puissance de Ferrari face à la morale. Il pilote aujourd'hui le rouleau compresseur, ou pense le faire. Voilà qu'il reprend à son compte des épisodes passés vécus en victime. C'est embêtant, le Baron l'a décomplexé. Néanmoins, l'Asturien me paraît incapable d'un sale coup de roue pour s'arroger un titre ou d'un créneau urbain pour voler une pole. Important mais pas essentiel.

Le préjudice du bricolage allemand a été provisoirement estimé à 100.000 $ et la récidive devrait conduire la FIA à sévir dans des proportions bien plus importantes. Le public est bafoué, le sport chancelle, le business aussi. Ecclestone pourrait bien renoncer à sa dernière parcelle de romantisme égaré dans ses affaires en sucrant les 20 M$ de prime accordés à Maranello au titre de son rayonnement sur le sport. Le chiffre a été révélé ce week-end et c'est plutôt ironique.

Stéphane VRIGNAUD


eurosport.fr


Revenir en haut Aller en bas
 
F1 - FERRARI: PITOYABLE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» STAND FERRARI
» Ferrari 3D
» FERRARI 288 GTO FUGIMI 1/16 ème ajout au 29/04
» Ferrari f430 1/18 bbr
» FERRARI F575 GTC evo2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les pêles mêles des Sisters :: La F1 de Grizzly :: à trier (pour le staf)-
Sauter vers: